Le blog de Fulvio Caccia

4 février 2016

Roman feuilleton : Rain Bird (21)

Classé dans : Actualité — Tags :, , — admin @ 11:11

LA CARTE 21 SIGNIFIE LE MONDE. L’archéométrie de base de l’Arcane 21 est suivant la loi de Moîse : 7 que divise 21, 3 face à 3. Elle synthétise l’ensemble du Tarot. Alchimiquement, le monde représente le soufre, triangle surmontant la croix, soleil en saturne dans la maison de vénus. Il peut aussi signifier la révolte, voire le renversement d’un tyran.

Je vous rappelle la proposition formulée au début de cette année. Depuis le 4 janvier, je publie chaque jour (lorsque je n’oublie pas) les les trente-trois chapitres de ce roman inédit sur mon site www.fulvio-caccia.com. ici vous ne lirez qu’un extrait . Si vous voulez lire la suite vous n’aurez qu’à cliquer sur le lien du blogue. A bon entendeur, salut !

21.

Dans un petit appartement du 19e arrondissement, le commissaire Marleau avait lui aussi terminé de dîner, si l’on peut dire, maintenant assoupi sur sa table encombrée de documents écornés. Son crâne clairsemé baignait dans la clarté bleutée de l’ordinateur qui émettait l’image de poissons tropicaux flottant dans une mer d’améthyste. À sa gauche, juste à côté du cendrier débordant de mégots, une boîte de pizza déchirée avec, à l’intérieur, les croûtons de pâte. Une bouteille de soda vide lui tenait compagnie. La pièce ne devait pas faire plus de 25 m2. C’était une double chambre de bonne aménagée sous les combles. Depuis qu’il avait repris du service, il avait réinvesti cet appartement acheté naguère pour son fils. Après la mort de sa femme, il avait vendu le pavillon de banlieue et s’y était installé pour être plus proche de son travail. Il était déjà en âge de prendre sa retraite. Mais il avait refusé.

Dans ce capharnaüm, les cartons de son précédent déménagement n’avaient pas encore été déballés. Autant dire qu’il était de passage. D’ailleurs avait-il un jour été vraiment installé ? Il ne pouvait répondre à cette question, comme à bien d’autres d’ailleurs.

Les premiers accords de la Sixième Symphonie de Beethoven le tirèrent de son sommeil. C’était sa sonnerie de téléphone.”Oui, grommela-t-il d’une voix empâtée… On l’a arrêté ?!… Qui ça ? Quoi ? hurla-t-il presque en bondissant… Tu en es sûr?! … Et la pute… pourquoi il l’a butée ? ajouta-t-il en se calant au fond du fauteuil… Elle voulait le dénoncer… Le coup classique… C’est la tête de réseau… Il n’a pas été prudent. Et son frère ? Il est où ?… Blanc comme un mouton. C’est ça ! On finira bien par le coincer, lui aussi. Tu es sûr de ton coup ? »

Il maugréa puis raccrocha. Son front se plissa. Cette nouvelle venait bousculer ses hypothèses. Sur une feuille où était esquissé un organigramme aux multiples ramifications, le stylo bic dont sa main de gorille s’était emparée biffa le nom de Fox. Au-dessus était accolé celui de Maïa.

C’était plus fort que lui, il n’aimait pas ce type. Nathanaël lui inspirait de la répulsion. Il ne savait même pas se battre. Il l’avait vu à la télé. C’était pitoyable. Cette façon de vous regarder avec des yeux d’épagneul anxieux ; cela le faisait vomir. Il ne savait pas à quoi cela tenait. Sans doute au milieu auquel Fox voulait appartenir et dont il était une photocopie, pis une copie ronéotypée, comme au temps du collège ! Ce qui le dégoûtait particulièrement, c’était la pitié et la suffisance.

Depuis qu’il s’était saisi de ce vieux dossier, ce cold case, pour reprendre le titre d’une série américaine, il avait l’impression de pédaler dans la choucroute. Certes Myriam Yacine lui avait mis la puce à l’oreille lorsqu’elle l’avait convoqué au cabinet ministériel ; elle lui avait même facilité certaines procédures. Mais cette décision de réouvrir le dossier n’appartenait qu’à lui seul. Seulement voilà, toutes les pistes s’arrêtaient devant le labyrinthe appelé « Driss Yacine ». Ce mec était insaisissable. Les documents que lui avait confiés sa sœur ne valaient pas tripette. Il avait bien interrogé la dénommée Julie avec laquelle il avait vécu un temps. Celle-ci lui avait décrit un homme imbu de lui-même mais doutant sans cesse, prétentieux, machiste, maniaco-dépressif, coureur de jupons ; bref, un personnage vide et sans consistance malgré ses brillantes performances académiques. Il avait certes arrêté de boire et de manger du porc ; il s’était même fait pousser un petit bouc, mais c’était pour se vieillir et se durcir le visage. La piste d’une bascule fondamentaliste était hautement improbable.

Par ailleurs, la nature de son travail aux Etats-Unis restait incertaine. Il était probable, à cause de son curriculum, qu’il se soit occupé d’antiterrorisme ; mais à quel niveau ? Là, les interventions de sa sœur n’avaient été d’aucun secours. Elle-même ignorait le job de son frère. En réalité, elle ne savait pas grand-chose de lui. C’était pareil pour sa nombreuse fratrie, dispersée aux quatre coins de la terre. Driss était le petit dernier.

Un petit détail chiffonnait Marleau : le père n’était pas mort comme elle le lui avait déclaré mais avait déserté le foyer familial. Le commissaire se gratta la joue. L’hypothèse du roman de Fox demeurait la seule valable.

Pour l’impliquer, il devait démontrer que l’écrivain avait un mobile. La cause de la mort du personnage dans la fiction tenait au désir de la victime de découvrir qui avait détourné le graphe originel, c’est-à-dire récrit par-dessus comme les palimpsestes des moines. Le détournement d’un graphe voulait dire qu’il ne méritait pas de concourir et par conséquent n’appartenait pas à l’Ordre des grapheurs. Donc son tag pouvait être effacé, gratté, bref disparaître. Cela pouvait être un cas de casus belli mais, habituellement, cela ne portait pas à conséquence. La piste la plus intéressante à exploiter se trouvait peut-être dans le parc même.

Marleau alluma une cigarette et ouvrit la fenêtre. Le dernier quartier de lune inondait la ville d’une clarté magnétique. Marleau alla se rasseoir et commença à griffonner sur une feuille de brouillon :

- Hypothèse une. Bien que n’habitant pas la ville, Driss était au courant de ces rencontres ; il avait été invité par quelqu’un du groupe. Qui ? Pourquoi ?

- Hypothèse deux. Driss a été convié au parc indépendamment d’un des membres du groupe. Questions récurrentes : Qui ? Pourquoi ? Et comment se fait-il qu’il connaissait l’endroit ?

Cela ne collait pas, il fouilla dans ses notes. Dans le rapport, il était dit qu’il avait travaillé comme professeur d’histoire-géo au retour des Etats-Unis. Or le lycée se trouvait aux Lys. À 400 m de là. Comment se faisait-il que les enquêteurs n’avaient pas exploité cette piste ?

Il leva les bras, pesta contre l’incompétence de ses collègues puis écrasa la gitane sur un vieux croûton de pizza.

La piste d’un rendez-vous galant devait être aussi à envisager. Apparemment, cette rencontre devait se dérouler en toute discrétion. Marleau se grattait furieusement la tête.

-Hypothèse trois, la plus simple et aussi celle qui avait été retenue par les autorités. Driss, alors qu’il était particulièrement déprimé, a sauté le mur afin de trouver un endroit à l’écart dans le but de se suicider.

Marleau s’alluma une autre cigarette. La vérité se trouvait sans doute à mi-chemin.

Son index appuya sur la touche start et l’ordinateur se réactiva. Sur sa messagerie, un message d’une collègue de la brigade de surveillance numérique surlignait en rouge un hyperlien.” Ça peut vous intéresser”, était-il précisé. Aussitôt il fut sur le blog de Lysandra. Alors un rire caverneux secoua sa carcasse. « Le connard, il n’a même pas pris la peine de changer d’adresse mail ».

Demain il appellera cette radio; il aurait bien quelques questions à poser à cette demoiselle si tant est qu’elle existe.

Puis la lassitude l’envahit. Il se leva, marcha de long en large, comme s’il cherchait à se débarrasser d’un poids soudain. Il s’adossa au bord de la fenêtre et respira un bon coup. Son regard balaya la pièce en désordre qui contenait toute sa vie puis se fixa sur le portrait d’un jeune ado souriant. Alors, brusquement, des larmes coulèrent sur ses joues.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. URL de rétrolien

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.

Propulsé par WordPress