Aller au contenu

L’entêtant parfum du passé

L’autre jour, pendant que j’écrivais mon journal une senteur entêtante m’ a  conduit à fouiller dans mes papiers . Y était  enfouie l’invitation des Archives nationales  intitulée  sobrement « Louis  XVI, Marie-Antoinette  et la Révolution », avec en sous-titre : « la famille  royale aux Tuileries  1789-1792″.  Je le retourne et c’est  le portrait poupin et  quelque peu transgenre de la jeune Marie-Antoinette qui me sourit étrangement . C’est elle  qui, évidemment, on a parfumé. La fragrance qu’elle porte ne manque  d’air  ni de pedigree, le parfum d’intérieur « Tuileries » , le bien nommé  de la maison Trudon, fondée en 1643. Rien de moins ! Une question qui ne manquera d’être posée durant cette exposition qui durera  tout le printemps jusqu’au 4 juillet. Serait-ce le retour de la publicité subliminale ? Car l’odorat, comme chacun sait,  est un sens primitif qui renvoie aux origines de notre condition animale. C’est le premier sens qui se développe chez l’enfant et ce, avant même la naissance.  Il porte la mémoire de l’émotion. Les êtres humains expriment entre 400 et 500 récepteurs olfactifs différents.  C’est dire l’importance  masquée de ce sens qui avec le goût construit notre première perception au monde.

Je me suis demandé à quoi  voulaient nous inviter les organisateurs de cette exposition ?  A la visiter, bien sûr ! Mais encore… Ce parfum entêtant (sans jeu de mots) fait un curieux clin d’œil à notre actualité. Vivrions-nous, comme il y a deux cents ans une fin de régime ? Le passé passe ou ne passe pas …. A bon entendeur…

L’entêtant parfum du passé

Vous aimerez peut être aussi

« Christiane In The Sky With Colors »

L’an dernier à la veille de Noël disparaissait Christiane Apprieux. Elle avait soixante ans. Son parcours artistique peu connu mérite pourtant le détour. C’est un chemin sinueux jalonné très tôt de longs dépaysements, d’abandons mais aussi de rencontres lumineuses et de combats intérieurs, comme autant d’étapes vers la conquête de la forme et de la couleur.

La damnation d’Amandine

Amandine est un prénom français qui vient du latin amandus : « celle qui est à aimer » et « celle qui doit être aimée ». Amandine qui est aussi le prénom donné au premier « bébé éprouvette » de nationalité française, est également… une pâtisserie !