Aller au contenu

Théo le merle

Depuis juillet dernier, ce merle ( mais en est-ce un ?)  est descendu du ciel pour venir visiter notre jardin. D’abord timide, ses visites sont devenues plus fréquentes. Il ne s’envole plus lorsque je m’approche de lui. Sa pitance, il l’arrache du sol à coup de bec. Pourquoi son arrivée impromptue me comble-t-elle de joie ? C’ est la question que je me suis demandée. Sans doute parce que cette forme sautillante au plumage de jais noir incarne une manière de spiritualité.

Dans la tradition chrétienne où  j’ai grandi, l’esprit est représenté par une colombe toute blanche. Elle  s’envole sous la voûte des églises, se détache dans le firmament bleu des cathédrales, des basiliques…. Mais la divine colombe s’en est allée  et c’est aujourd’hui, c’est ce merle  qui me fait un clin d’œil… spirituel.  Le blanc  et le noir, la colombe et le merle  et vice versa !  C’est pourquoi  d’autorité je l’ai baptisé du nom de « Théo » qui renvoie à dieu bien sûr,  mais un dieu modeste enfin  redescendu sur terre, à hauteur d’homme sans  les falbalas qui nous ont fait accroire qu’il était dans les cieux de toute éternité.

Mais les merles s’ils chantent au gazouillent peuvent parler. Quelque chose me dit que Théo va bientôt prendre la parole et entreprendre une chronique sur le temps qui passe. Car il a beaucoup de choses à dire  sur le gazouillis  notamment mais aussi sur les hommes de notre temps.  Surveillez bien cette chronique.

Théo le merle

Vous aimerez peut être aussi

« Christiane In The Sky With Colors »

L’an dernier à la veille de Noël disparaissait Christiane Apprieux. Elle avait soixante ans. Son parcours artistique peu connu mérite pourtant le détour. C’est un chemin sinueux jalonné très tôt de longs dépaysements, d’abandons mais aussi de rencontres lumineuses et de combats intérieurs, comme autant d’étapes vers la conquête de la forme et de la couleur.

La damnation d’Amandine

Amandine est un prénom français qui vient du latin amandus : « celle qui est à aimer » et « celle qui doit être aimée ». Amandine qui est aussi le prénom donné au premier « bébé éprouvette » de nationalité française, est également… une pâtisserie !