L’adoption  du pass sanitaire par le Conseil constitutionnel attise la fronde des antivacs en France et, dans une moindre mesure, dans d’autres pays  européens. A Naples, où je me trouvais, le patrons des trattorias se  sont  fait un point d’honneur d’appliquer la loi non sans quelques effets à  la comedia dell’arte. Cela a conduit à quelques paradoxes saisissants les samedis soir par exemple, :place Bellini : des Bersaglieri de l’armée dûment masqués surveillant les terrasses archi-bondées  où la  jeunesse napolitaine et étrangère s’agglutinait, bruyante, nombreuse et…  démasquée.

Quelques jours plus tôt, toujours dans la ville parthénopéenne, le prestigieux Institut italien des études philosophiques publiait dans  «  son journal de la crise » les observations de Giorgio Agamben et de Massimo Cacciari, deux philosophes importants, s’il en est. Pour eux le  décret du « green pass »  que l’Europe est en train de mettre en place est un acte discriminatoire qui fait  d’emblée des non-vaccinés des citoyens de seconde zone. Un dangereux précédent pour les démocraties européennes qui hier encore s’arrachaient, et à quel prix, des  griffes des  dictatures.

Allons-nous  devoir  produire comme au temps de  l’ Union soviétique un  passeport de l’intérieur pour se déplacer sur les territoires de nos propre pays ou  présenter un  carnet anthropométrique pareil aux  gens du voyage il n’y a pas si longtemps en France ?  C’est ce que craignent les philosophes :  «   C’est une chose de soutenir l’utilité du vaccin, une autre, tout à fait différente, est  de taire le fait  que nous nous  trouvons d’emblée dans une phase « d’expérimentation de masse » dont le débat demeure  sur plusieurs  aspects fondamentaux complètement ouvert.».  Bref, c’est le statut même de la vérité qui est remis en cause par le discours scientifique ambiant, dénoncent les deux philosophes.

En droit, la manifestation de la vérité  est le fruit de la confrontation d’opinions et de points de vue  contradictoires ou minoritaires.  Mais que pèse l’opinion de ceux qui veulent défendre le droit s’ils sont d’emblée disqualifiés par les détenteurs de la légitimité  scientifique ?  C’est la toute la question. La science peut-elle seule dire toute la vérité, rien que la vérité et seulement la vérité ?

Comment ne pas être sensibles à la mise en garde des deux philosophes surtout lorsqu’on voit  les profits faramineux des « Big Pharma » qui viennent de hausser de manière éhontée le tarif de leurs vaccins et de jeunes démocraties, dépassées par la crise sanitaire, glisser vers la tentation  du  pouvoir absolu  comme cela s’est produit en Tunisie. Rien de nouveau sous le soleil : dans les circonstances « exceptionnelles » l’état d’exception devient un état permanent.  Alors que faire ?

Si la vigilance sur le danger de l’abandon des libertés fondamentales est nécessaire, elle n’est pas suffisante pour comprendre ce qui est en train de se passer. Un  changement de perspective s’impose. Elle me permettra au passage d’expliquer pourquoi j’ai choisi de me faire vacciner.

En dehors de homologation de la vérité, cette crise  met en lumière une  autre notion chère à nos démocraties : l’intérêt général.  Il existe deux traditions  qui s’opposent et se complètent dans nos  sociétés libérales : la tradition française, héritée du droit romain et celle anglo-saxonne qui  découle plutôt de la souche grecque où prime l’individu. La première consiste à assujettir l’intérêt particulier à l’intérêt général. Ce qui se traduit par l’article 4  de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen où la liberté permet de faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. La seconde, théorisée par Adam Smith, consiste à privilégier l’intérêt particulier étant entendu que chacun recherchant le bien pour soi, le fait advenir également pour les autres et se traduit, tout compte fait, par enrichissement du bien commun. L‘influence du catholicisme et du protestantisme pour l’une et l’autre conception n’y est pas étrangère. En se résorbant  le christianisme a laissé  à d’autres pouvoirs  la possibilité de les définir avec les dérives que cela induit. Tout le XXe siècle  a  été l’objet  d’une âpre guerre  pour tenter d’imposer  sa conception  de l’intérêt général  et du bien commun allant du socialisme à l’ultra-libéralisme.   Nous sommes  au bout de ce cycle.

Aujourd’hui il s’agit donc de refonder une nouvelle éthique , éthique universelle de droits de la planète  pour «  faire monde », comme on dit aujourd’hui  « faire nation ».  Cela aussi n’est pas nouveau. Les révolutionnaires qui alors ont cru pouvoir l’étendre au reste du monde, tel  Anacharsis Cloots, ont eu la tête  tranchée.  

Dans un billet  de 1989 publié dans le quotidien « Libération »  pour le bicentenaire de la Révolution française, le même Giorgio Agamben démontait  l’ambiguïté de la Déclaration des droits de l’homme  dont l’universalité supposée ne pouvait être véritablement appliquée  qu’ à l’intérieur d’un état-nation.qui le reconnaît à ses citoyens.  La lente et difficile  application du  droit international   avec ses  échecs  ( La société des Nations…)   et ses réussites  ( Les casques bleus, la Cour pénale internationale… ) met en lumière le long chemin  que les institutions inter-nationales  doivent encore à parcourir pour y parvenir. Le devoir d’ingérence, impulsée par les ONG  durant les années 70  a  laissé croire que nous pouvoir accélérer le processus.   Mais voici  que la crise liée à la pandémie  au climat  nous oblige à  devoir repenser l’universalité de l’intérêt général  et du processus individuel d’accumulation de la richesse dans un cadre plus large. Or  ce cadre ne pourra plus désormais être assujetti à un territoire national et à  ses idéologies.  Il doit être appliqué universellement   comme  un bien commun de l’humanité. C’est un état-culture qui permettrait de faire le passage entre  la nation, le monde et les être vivants de la planète terre qui ‘y vivent.

 

A bon entendeur, Salut !

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.