Alors que s’achèvent les vacances d’été, (nous sommes en août) il est sans doute opportun de s’interroger  sur la signification du tourisme de masse qui reprend timidement en Europe en ce temps de pandémie et de canicule. Je reviens d’un séjour de  Naples qui fut, hier encore, l’étape obligée du « Grand Tour ». Avec Venise, Florence, Rome, la région parthénopéenne constituait le relais incontournable du fameux «voyage en Italie ». Voyage de formation s’il en est, que les lettrés et intellectuels du passé se devaient d’accomplir avant de se lancer dans l’élaboration de leur grand œuvre. Montaigne, Stendhal, Freud furent parmi ces voyageurs qui se sont extasiés devant la beauté de sa baie et l’incroyable richesse de son patrimoine.

C’est Charles de Bourbon, un roi éclairé, qui fit de la capitale du Royaume des deux Siciles l’une des  toutes premières grandes villes européennes et  une station incontournable du « Grand tour ». En initiant les fouilles de Pompéi et d’Herculanum en 1743, il donnait  à ces voyageurs privilégiés une raison supplémentaire de s’y arrêter. Ainsi  relier le formidable héritage de la latinité enfoui à leur modernité, héritée des Lumières.

Mais au-delà des vestiges romains, que cherchaient donc ces itinérants prestigieux ? L’émotion, le transport amoureux, la découverte du beau.  C’est  Lamartine s’amourachant de « Graziella » dont il fera un livre,  Stendhal et son « syndrome  » ,  succombant au vertige esthétique, Freud  en quête de la Gradiva bref l’inspiration qui met en relation  sa propre intériorité avec la dimension sacrée des origines.

« Wonder of Seas » le plus gros paquebot du monde, le 19 août 21 dans l’estuaire de Saint-Nazaire.

Aujourd’hui le tourisme de masse ouvre à tout un chacun le Grand tour mais désormais ces étapes sont muséifiées, cristallisées dans l’éblouissement de leur souvenir. Si le touriste contemporain, imbu de la même quête émotionnelle,  met ses pas dans ceux de leurs célèbres prédécesseurs, la manière pour l’exprimer est devenue parodique.  C’est à dire illusoire. 

Incapables de lui donner un sens , un ordonnancement, le touriste ne peut que la reproduire  par des images qu’il   enregistrera en rafale sur son smarthphone et qu’il balancera le jour même sur les réseaux sociaux. L’image ainsi devient cliché. C’est une image vide : elle désigne le lieu sans avoir lieu , c’est à dire sans se mettre en mouvement. Tel est le drame silencieux  de notre époque. Ce n’est pas nouveau, me direz-vous, certes  mais aujourd’hui le développement du tourisme, première industrie planétaire, et du numérique, est tel  qu’il rend presque impossible le mouvement, c’est à dire la reconnaissance de la création véritable. L’obsolescence programmée des images  est devenue industrielle. Nous vivons dans un cimetière d’images mortes  dont nos voyages touristiques sont les parodies : des allégories.  Pour les désensabler  le voyage  et restituer leur mouvement aux images qu’on lui arrache,  il faut pouvoir les raconter. Mais en avons-nous la volonté ? La  narration, l’art de la narration  s’est perdu, c’est à dire la capacité d’être en relation avec soi et le monde. Mais qu’est-ce qu’une image ?  Revenons aux latins . L’imago ou image était à le masque funéraire  des ancêtres que la patriciens romains accrochaient à leur murs  pour se souvenirs d’où ils étaient issus.  C’est également une définition du symbole.

A bon entendeur, salut !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.